KranF.com – Le Blogue

Technologies, Médias Sociaux et Marketing Internet

Archive pour la Catégorie 'Marketing'

Écrit par Francis Bilodeau @ 8:55 pm le 21 August 2008
Filed under: Entreprise,Marketing,Médias Sociaux,Web 2.0

Je lis un billet de Claude Malaison ce soir, un des tops au Québec en ce qui attrait au Web 2.0. Celui-ci fait une montée de lait concernant l’opinion de certaines entreprises qui pensent que payer 395$ est trop cher pour assister à cette conférence. Qu’est-ce que le WebCom? C’est un panel où plusieurs experts internationaux du monde Web 2.0 donnent diverses conférences qui se déroule en une journée. Les conférences sont classés en trois thèmes soit la communication, le marketing et la technologie. Un must pour les entreprises qui devront devenir innovatrice dans un monde de plus en plus compétitif où le Web sera une grande partie du champ de bataille. Voici une citation de Claude Malaison concernant son opinion sur les supposés coûts trop élevés du WebCom.

Le Québec, ses entreprises, ses agences, ses professionnels et ses travailleurs autonomes sont-ils pauvres au point de ne pas être capables de débourser 395 $ pour assister à la plus grande conférence française en Amérique du Nord sur le Web 2.0 ? Et qu’en plus, cette conférence est inscrite pour les entreprises au programme gouvernemental du 1% en matière de formation?

[ … ]

J’en ai déjà parlé : La frilosité du Québec, le manque de vision de ses entreprises, son immobilisme technologique et créatif, surtout à l’interne. Se plaindre que payer 395 $ pour voir dans une journée huit experts internationaux et de multitudes d’études de cas concrètes sur le comment du Web 2,0.

Je tends malheureusement à être en accord avec Claude Malaison. Les entreprises Québecoises, c’est présentement une honte et le pire c’est que c’est le status-quo! On se fait clancher par le Canada Anglais et les Américains et le pire, c’est qu’on est surtout très en retard sur eux. Certains gros détaillants Québecois que je ne nommerai pas n’ont même pas de panier d’achats en ligne sur leur site Web. Alors n’allez surtout pas leur parler de blogue, de wiki, de widgets, de médias sociaux, etc. Le manque de vision sur ces aspects du Web finira par coûter très cher. Pas mal plus qu’un simple 395$ pour assister à une conférence.

De plus, ce que je remarque c’est que tout ces “gadgets Web 2.0” sont considérés par les entreprises comme étant de l’usage personnel que nous faisons à la maison et que cela n’a aucun potentiel en entreprise. Vous parlez d’intégrer ces outils et ils auront la réponse facile du: J’ai pas le temps de blogger ou qu’est-ce que ça m’apporte, ça me donne pas une cenne?

Minime sont les entreprises qui penchent vers le pouvoir du médium Web 2.0 et je suis particulièrement fier que Dessins Drummond en soit une qui ait du succès en utilisant cette méthode. D’ailleurs, Yves Carignan aura le bonheur de donner une conférence sur le sujet au Webcom accompagné de Michelle Blanc. Déjà, l’exposure qu’a Dessins Drummond est une victoire et prouve que l’usage du Web 2.0 peut apporter des résultats. C’est d’ailleurs grâce à Dessins Drummond que j’aurai la chance d’assister à nouveau au Webcom le 12 Novembre. J’y étais pour la première fois en Mai 2008 et j’ai très hâte d’y être à nouveau.

En terminant, je n’ai qu’une chose à dire… Wake up, guys!

Écrit par Francis Bilodeau @ 2:43 pm le 6 August 2008
Filed under: Actualité,Entreprise,Google,Internet,Marketing

Un nouvel outil très intéressant pour les gens en marketing, mais également la population en général à été lancé par Google. Appelé le Google Insights for Search, cet outil permet de savoir beaucoup d’informations sur un terme recherché.

Par exemple, nous pouvons recherché un terme ou une expression dans une région particulière du monde ou à partir d’un moment dans le temps (de 2004 à aujourd’hui). Nous pourrons donc voir la popularité du terme recherché dans Google, par pays et par région dans sur période de temps X. C’est également possible de rechercher dans une catégorie particulière. Si par exemple, je recherche “apple” le fruit et non “Apple” la compagnie, il est possible de faire cette distinction.

L’information fourni par Google lors de la recherche d’un mot clé, nous indique la popularité de celui-ci à travers le monde et également à travers le temps via un graphique. Il nous indique également l’intérêt de ce mot par région dans le monde. Aussi, Google nous fourni d’autres mots clés en relation avec celui recherché, ainsi que leur popularité. Cet outil, également fourni dans Adwords, est intéressant lorsque vient le temps de savoir ce que les gens recherche et également la position de divers compétiteur.

Google Insights for Search sera donc une bonne compétition pour les Wordtracker et Trellian de ce monde!

Écrit par Francis Bilodeau @ 9:18 pm le 1 July 2008
Filed under: Actualité,Entreprise,Google,Je, Me, Moi,Marketing,Web 2.0

C’est via le blogue de Google Adsense que j’apprends que les parrainages de Google Adsense seront retirés dans la dernière semaine du mois d’Août. Le parrainage permettait aux annonceurs de promouvoir directement un produit. Prenons par exemple, le logiciel SPAMFighter. La compagnie achetait une publicité pour son produit via Google AdWords et un annonceur pouvait sélectionner ce produit directement et le parrainer sur son site. Celui-ci était rémunéré en terme de conversion, par exemple, suite à un téléchargement de l’utilisateur.

Pourquoi Google retire cette fonctionnalité? De ce que l’on peut lire entre les lignes sur leur blogue, le parrainage n’est pas assez payant ni pour les annonceurs, ni pour Google. Google considère donc qu’il est plus avantageux pour eux de se concentrer sur des objectifs plus lucratifs sur le long terme.

Si vous utilisez déjà le système de parrainage sur votre site Web, sachez qu’à la fin du mois d’Août, ces fonctionnalités seront complètement retirés. Google vous suggère d’ailleurs de retirer le code source pour les parrainages de votre site web pour la fin du mois d’Août et d’également de sauvegarder vos rapports sur votre poste de travail.

Google offre également deux suggestions afin de remplacer vos annonces de parrainages:

  • Google Affiliate Network: As part of the integration of DoubleClick, the DoubleClick Performics Affiliate Network will now operate as the Google Affiliate Network for advertisers targeting users located in the United States. Similar to the AdSense Referrals program, the Google Affiliate Network enables publishers to apply for advertiser programs and get paid based on advertiser-defined actions instead of clicks or impressions. For further details, please visit: http://www.google.com/ads/affiliatenetwork/.
  • AdSense for content ads: If you have less than three AdSense for content ad units on a page, you may wish to replace the referral ad units with standard AdSense for content ad units.

Les parrainages ne m’ont jamais vraiment attiré. Malgré tout, il y a un marché bien présent et je suis sûr que certains annonceurs seront déçus par cette nouvelle. De mon côté, je n’ai jamais utilisé cette fonctionnalité, même si j’ai mon compte Google Adsense depuis plusieurs années. Pour votre information, c’est d’ailleurs fort possible que vous retrouviez des publicités sur mon blogue dans les prochaines semaines! Il faut bien payer les factures… Si vous êtes un annonceur et que vous désirez vous retrouver sur mon blogue, vous pouvez me contacter via cette page. Il me fera plaisir de discuter avec vous!

Écrit par Francis Bilodeau @ 6:39 pm le 16 June 2008
Filed under: Blogue,Entreprise,Innovation,Internet,Marketing,Web 2.0

Je suis vendu à l’avance, je l’admets. Pour moi, avoir un blogue est une nécessité pour n’importe quelle entreprise qui offre un service à la clientèle via la vente ou autres. Les raisons sont plus que nombreuses. Je ne m’y attarderai pas dans ce billet, car le sujet à été touché par un grand nombre de blogeurs influents au cours des derniers mois. Ceux-ci apportent des arguments plus que valable afin de vous convaincre de lancer votre blogue. Or, si vous n’êtes pas encore convaincu qu’un blogue est bien pour votre entreprise, je vous suggère le livre: “Pourquoi Bloguer dans un contexte d’affaires“. Comme son titre l’indique, ce livre vous convaincra de lancer votre propre blogue grâce à dix blogueurs influents qui y participent.

Une fois que vous êtes convaincus, c’est là que le vrai travail débute! Pour vos ressources en T.I., construire un blogue est plus que facile. Il s’agit, plus souvent qu’autrement de télécharger un logiciel de blogue, tel que WordPress et de construire un visuel. Pour vous donner des idées, je vous conseille un site spécialisé tel que Perfectory. Vous pouvez également visualiser les thèmes gratuits offerts par WordPress. Ensuite, vous pouvez vous inscrire sur des sites tels que Technorati et BlogPulse, qui sont des sites répertoriant différents blogue à travers le monde. C’est l’étape la plus simple dans le processus d’un blogue! Tout bon développeur s’amusera à travers c’est étape, car elle ne requiert que très peu de programmation. À titre d’exemple, il m’a fallu environ 8 heures de travail seulement pour voir le blogue que vous voyez présentement! Ceci inclut l’installation, une construction complète du visuel ainsi que l’inscription de mon blogue à travers les différents moteurs de recherche et topsites!

Une fois que votre blogue est prêt, c’est là que le vrai travail débute! Intéresser vos visiteurs avec du contenu pertinent tout en demeurant en relation avec votre secteur d’activité est l’étape qui peut paraître pour certains la plus difficile. En débutant, vous allez avoir certainement plusieures pistes et idées, mais au bout d’un mois, on a rapidement fait le tour et le mur peut venir assez rapidement. C’est là que ça passe où ça casse! Des défaites tel que: “Finalement, je n’ai pas le temps! J’ai une vie chargée!” ou “Je n’ai plus d’idée, je sais plus de quoi parler…” ou encore “C’est assez, j’ai fait le tour!” commenceront à sortir. Voici quelques suggestions pour vous aider à passer au travers ces moments:

  • Trouvez des blogues en relation avec le vôtre et suivez-les grâce à un lecteur de fil RSS tel que Google Reader ou Netvibes. Ces blogeurs ont également des opinions qui peuvent divergés de la vôtre. Expliquez pourquoi vous êtes en accord en y ajoutant votre grain de sel ou apportez des arguments pour expliquer pourquoi vous êtes contre une opinion donnée.
  • Soyez ouverts aux commentaires des gens sur vos blogues. Qu’ils soient positifs ou négatifs! Vous pouvez également donner la possibilité à vos visiteurs de vous poser des questions directement. Ces questions peuvent être utiles pour d’autres personnes, donc faite un billet à partir de ces questions.
  • Il est important de ne pas parler seul. Faite vous un Blogroll (Banque de lien vers d’autres blogues) et ajoutez-y vos amis, blogeurs que vous suivez, etc. Il est important d’être accompagné. Ces gens sauront que vous avez ajouté un lien sur votre blogue et pourront vous ajouter sur leur propre liste ou vous aider en retour.
  • Faites des commentaires pertinents sur d’autres blogues. Montrez que vous vous intéressez à autre chose que votre propre personne. Devenez connu à travers la blogosphère.

Écrire un blogue est un peu comme l’entrainement physique. Il s’agit d’être motivé et discipliné! En bout de ligne, lorsque vous aurez la piqûre, il est très difficile d’abandonner son blogue. Vous vous surprendrez même probablement par votre nouvelle passion. Comme l’entraînement physique, les résultats ne viennent jamais immédiatement, mais avec de la discipline, vous commencerez éventuellement à en ressentir les bienfaits, soit via la communauté, via les autres blogueurs ou via l’augmentation de vos ventes!

Écrit par Francis Bilodeau @ 11:21 am le 13 June 2008
Filed under: Actualité,Internet,Marketing,Piratage

Le projet de loi C-61 a fait son entrée hier en chambre des communes lorsqu’il fût présenté par le ministre de l’industrie M. Jim Prentice. Il n’en fallait pas plus pour qu’un groupe sur Facebook soit crée afin de protester contre cette loi. Déjà, au moment d’écrire ces lignes, plus de 45,000 membres se sont joints au groupe mené par Michael Geist, un professeur en droit à l’Université d’Ottawa. Voici les raisons pour lesquelles les gens protestent contre ce projet de loi.

Tout d’abord, il sème la controverse de plusieurs manières. Ce nouveau projet de loi permet aux clients qui ont achetés un produit, par exemple un CD audio de faire des copies privés. C’est-à-dire copier la musique d’un CD vers un lecteur MP3 par exemple. Cependant, il sera interdit de faire la même chose sur un audio protégé technologiquement de quelques façons que ce soit. Par exemple, il serait interdit de copier une chanson protégé par DRM pour en faire une version “DRM-Free”. Ce faisant, l’utilisateur s’exposerait à des poursuites en justices et des amendes plutôt élevés.

Également, les “uploaders” de fichier audio, mais également les “downloaders” (via Torrents ou autre P2P), pourraient également être poursuivis. Dans le passé, le RMCP avait statué que les “uploaders” ne serait pas poursuivi, mais ce projet de loi renforcirait la loi et ils seraient maintenant tout autant victime de poursuite judiciaire. Le projet de loi parle d’ailleurs d’une pénalité de 500,00$ qui pourrait être revu à la baisse jusqu’à 200,00$ dépendamment de l’infraction.

Limitation:

(1.1) Si le titulaire du droit d’auteur se prévaut du paragraphe (1) à l’égard d’une personne physique qui a commis les violations à des fins privées, le montant des dommages-intérêts préétablis est fixé à 500 $.

Également, les gens qui ont des sites de torrents par exemple seront également punis si le nouveau projet de loi est accepté.

Infraction : contournement de mesure technique

(3.1) Quiconque — à l’exception de la personne qui agit pour le compte d’une bibliothèque, d’un musée, d’un service d’archives ou d’un établissement d’enseignement — contrevient sciemment et à des fins commerciales à l’article 41.1 commet une infraction passible :

a) sur déclaration de culpabilité par mise en accusation, d’une amende maximale de 1 000 000 $ et d’un emprisonnement maximal de cinq ans, ou de l’une de ces peines;

b) sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, d’une amende maximale de 25 000 $ et d’un emprisonnement maximal de six mois, ou de l’une de ces peines.

Personnellement, je trouve que c’est une mauvaise nouvelle de pénaliser les utilisateurs qui paient en ce moment trop cher pour leur musique pour le service qu’ils ont. Les compagnies de musiques commençaient à comprendre que le DRM était une mauvaise idée et il délaissait les fichiers protégés pour avoir des fichiers sans protection. C’est exactement ce que les gens veulent! Ils veulent pouvoir se servir de la musique qu’ils achètent partout. Que ce soit, dans leur voiture, sur leur lecteur MP3, sur leur ordinateur, etc. Tout en ne payant pas trop cher par chanson et en ayant une bonne qualité audio et surtout des fichiers que l’on peu utiliser n’importe où! Je crois sincérement que les gens achèterons leur musique et délaisseront le piratage. Quand c’est plus facile de pirater que d’acheter, on a de sérieuses questions à se poser! Malheureusement, ce genre de projet de loi ne fait qu’encourager les compagnies à conserver les DRM sur leurs musique vendues.

À suivre…

Écrit par Francis Bilodeau @ 6:27 am le 3 June 2008
Filed under: Entreprise,Internet,Marketing,Médias Sociaux,Web 2.0

Aujourd’hui, je commencerai mon billet par la conclusion. Facebook, est excellent tant que l’on sait comment s’en servir autant si vous êtes un utilisateur ou une entreprise.

Voici mon explication pour corroborer cette affirmation… Le principe numéro un de Facebook est bien entendu, la création d’un réseau social avec ses amis courant ou de longue date. En ce terme, Facebook est un succès particulièrement au Canada puisque la population Canadienne est d’environ 33 millions d’habitants et selon les statistiques de Facebook il y a prêt de 9,365,000 millions d’utilisateurs Canadiens qui y sont inscrits. C’est donc dire que prêt de 28% de la population du Canada est présentement sur Facebook! En tant que réseau social, s’en est tout un. Donc, pour un utilisateur qui cherche ses amis de longue date, il y a des bonnes chances que celui-ci les trouvent. Qui n’a pas dit qu’il avait été en mesure de parler à nouveaux avec leurs copains et copines d’écoles? Des exemples comme ceux-là il y en a à la tonne et c’est exactement la raison principale pour laquelle Facebook est ce qu’il est aujourd’hui.

Je suis également d’avis que s’inscrire sur Facebook est une question de choix et d’opinion, car ce n’est pas tout le monde qui sont intéressés de savoir que leur vieux pote du secondaire à eu l’air d’un fou parce qu’il a compté dans son propre but à une partie de soccer la veille. Je peux le comprendre et ici, c’est un choix personnel à faire et c’est également votre choix d’accepter qui vous voulez comme ami. Personnellement, je n’ajoutes que les gens à qui je parle où à qui je désire parler de nouveau. Pour moi, ce n’est pas un concours de: “J’ai plus d’amis que toi!”. Je me sers de Facebook pour ce qu’il est. Il y a aussi le “spam” qui se promène sur Facebook, comme par exemple, l’application “Super Fun Wall” où, comme j’aime bien l’appeler: le Wall of Spammers. Encore une fois, c’est à vous d’ignorer ce genre d’installation sur votre profil et de vous en tenir simplement à ce que vous désirez y avoir. Finalement, il y a récemment eu une certaine polémique sur la circulation d’information personnelle dans les médias. Je dirai simplement ceci. Posez-vous la question suivante: Est-ce que je donnerais telle ou telle information personnelle à 1 million de personnes? Il y a certaines choses que vous pouvez partager, mais il est bien important de tracer cette ligne, car je ne le nie pas, il y a des gens qui peuvent s’en servir contre vous. Ce qui justifie mon point de départ: Facebook est excellent tant que l’on sait comment s’en servir!

Pour une entreprise, il est évident que le fait qu’une bonne partie de la population est inscrite sur Facebook vous donne plusieurs individus à rejoindre. Maintenant, comment les rejoindre? Comme point de départ, vous pouvez vous créer une page de Services ainsi qu’un Groupe sur Facebook si vous possédez déjà une certaine notoriété sur le marché. Ainsi, les gens pourront rechercher votre nom d’entreprise et ils se joindront à vous en tant que Fans ou membre de groupe. Vous pouvez également vous même inviter vos employés à s’y joindre et ceci aura un effet boule de neige, puisque plus de gens se joindront à vous sur Facebook, plus de gens vous verront étant donné que les amis de vos nouveaux membres seront avisés qu’ils ont joint un nouveau groupe: le vôtre. C’est donc une bonne méthode pour une entreprise de débuter sur Facebook. À noter qu’il est également important de garder votre Page de Services ou Groupe à jour afin d’y apporter du contenu pertinent et d’intéresser vos membres! Ce n’est donc pas simplement d’être sur Facebook, il faut faire vivre vos pages, car il y a des bonnes chances que vos membres s’y désintéressent avec le temps s’il manque d’ambiance. 

Également, un élément qui devient de plus en plus populaires sont les applications Facebook (ex. Top Friends, Entourage, etc.). Une entreprise ou même un développeur indépendant qui a une idée innovatrice peut développer une application Facebook afin d’y promouvoir son entreprise ou y insérer des publicités. La visibilité et les revenus qui en découlent peut devenir plus qu’intéressante si un grand nombre de participants y adhèrent. Donc, même pour une entreprise, Facebook est très intéressant si l’on sait comment s’en servir et s’y on est prêt à y investir de temps recquis. Mon conseil est là-dessus est d’en profiter pendant que Facebook est au top, car dans quelques années, le buzz sera fini et ce sera autre chose…

Écrit par Francis Bilodeau @ 3:32 pm le 30 May 2008
Filed under: Google,Internet,Marketing,Optimization

C’est un peu par hasard que je ponds ce billet, puisque hier, je suis tombé sur le site Web AchetonsQuebecois.com. Ce site sert en fait de promotion de produits Québecois qui sont fabriqués chez nous. Donc, c’est un gros listing d’entreprises du Québec qui évoluent dans un tas de domaines différents qui y sont affichés afin de promouvoir leur produits respectifs. Vous me direz certainement que l’idée est bonne et oui, je l’avoue. Cependant, leur site Internet est loin de l’être, puisqu’il contrevient à une des règles de bases lors de la conception d’un site Web: les textes et liens cachés!

Comme Google l’indique, il est inderdit d’insérer du texte blanc sur fond blanc et une réduction de la police de caractère à 0 afin d’y cacher du texte. Exactement comme ce site fait et honnêtement, ça me frustre au plus au point. En tant que développeur, je m’éfforce à respecter les règles de bases de Google lors du développement d’un site web, puisque ce sont pour les visiteurs qu’un site est crée et non pour le positionnement. Néanmoins ce sont eux les pires, car les modalités de Google sont strictes: les conséquences de cette approche est le retrait complet du site Web de leur index. On sait qu’aujourd’hui, une grande partie de vos nouveaux visiteurs viendront des moteurs de recherche. Si jamais les gens de AchetonsQuébecois lisent ce billet, j’espère que vous retirerez ces textes et que vous utiliserez votre imagination d’une façon adéquate pour vous positionner légalement sur un moteur de recherche, plûtot que de vous pénaliser en perdant votre temps à utiliser des méthodes frauduleuses! Car un jour, ce sera votre tour, tout comme il est arrivé à BMW il y a quelques années!

Si vous êtes une entreprise ou un particulier et vous êtes témoins de ce genre de situation, vous pouvez également le signaler Google via leur Google Spam Report.

Exemple
Fig1: achetons québecois, texte caché

Recevez les billets par courriel!


Add to Netvibes
Add to Google
Subscribe with Bloglines

 TwitterCounter for @fbilodeau


Mon Twitter

Calendrier

January 2018
M T W T F S S
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031