KranF.com – Le Blogue

Technologies, Médias Sociaux et Marketing Internet

Archive pour la Catégorie 'Web 2.0'

Écrit par Francis Bilodeau @ 12:14 pm le 31 August 2009
Filed under: Actualité,Apple,Entreprise,Facebook,iPhone,Web 2.0

photoL’être humain n’est pas parfait et par extrapolation, l’entreprise ne l’est pas non plus. Tout le monde peut faire des erreurs, mais les erreurs sont faites pour s’améliorer non seulement en tant qu’être humain, mais aussi dans le produit et le service qu’une entreprise offre à ses clients. Par contre, encore en 2009, certaines entreprises ont tendance à contrôler le message projeté et ce qu’il se dit sur eux alors qu’il est impossible de se battre contre Internet qui possède un immense nombre de tribunes pour faire un méa-culpa.

Cette semaine, nous avons eu un bon exemple de contrôle. Je vous ai parlé dans mon dernier billet il y a deux semaines que Facebook venait de soumettre sa version 3.0 sur le AppStore. Et bien il n’a fallu pas moins d’une semaine et demie avant que l’application soit approuvée. Joe Hewitt, le développeur de l’application en a d’ailleurs fait état dans un billet intitulé “Innocent Until Proven Guilty” (Innocent jusqu’à preuve du contraire) qui est l’inverse du processus d’Apple présentement. M. Hewitt insiste principalement sur le fait qu’Apple devrait éliminé complètement le processus de validation des applications et les publier directement. Il existe déjà un marché noir des applications intitulé Cydia où déjà, certaines applications qui ont été refusée par Apple circulent (C’est le cas de Google Voice et Qik). Bref, le point de vue de M. Hewitt réside dans le fait que ce n’est pas dangereux d’avoir un marché ouvert, Internet fonctionne de cette manière déjà. Également, en ce qui concerne les données privées, M. Hewitt indique qu’une application fonctionne dans un environnement fermé et qu’elle n’a accès qu’à des informations limités. La seule chose présentement potentiellement dangereuse serait vos contacts, ce qui est corrigible par Apple avec une patch de sécurité.

Having said that, I have only one major complaint with the App Store, and I can state it quite simply: the review process needs to be eliminated completely.

Does that sound scary to you, imagining a world in which any developer can just publish an app to your little touch screen computer without Apple’s saintly reviewers scrubbing it of all evil first? Well, it shouldn’t, because there is this thing called the World Wide Web which already works that way, and it has served millions and millions of people quite well for a long time now.

Oh, but you say that iPhone apps are different, because they run native code and can do scary things that web pages can’t? Again, you’re wrong, because iPhone apps are sandboxed and have scarcely any more privileges than a web app. About the only scary thing they can do outside the sandbox is access your address book, but Apple can easily fix that by requiring they ask permission first, just like they must do to track your location.

En ce qui concerne le niveau de qualité d’une application, les clients peuvent le faire eux-mêmes, à travers les commentaires qu’ils peuvent laisser sur une application. Le libre-marché ou Apple au besoin se chargera d’éliminer les applications qui sont nulles. Il sera de la responsabilité du développeur de s’assurer qu’une application est bonne et toute la responsabilité du service-qualité sera sur ses épaules. Comme M. Hewitt l’indique, est-ce que vous croyez vraiment que Facebook laisserait une application à moitié fonctionnelle sortir sur l’AppStore? Mais encore là, il est à douter que le long processus de révision des applications d’Apple soit pour trouver des bugs, mais plutôt pour trouver des failles qui seront en violations de leurs règles. C’est d’ailleurs pourquoi bon nombres d’applications ont été refusé pour des raisons plus que douteuses

The fact is this: Apple does not have the means to perform thorough quality assurance on any app. This is up to the developer. We have our own product managers and quality assurance testers, and we are liable to our users and the courts if we do anything evil or stupid. Apple may catch a few shallow bugs in the review process, but let’s face it, the real things they are looking for are not bugs, but violations of the terms of service. This is all about lawyers, not quality, and it shows that the model of Apple’s justice system is guilty until proven innocent. They don’t trust us, and I resent that, because the vast majority of us are trustworthy.

Il est clair qu’Apple tente de contrôler beaucoup trop ce qui est sur l’AppStore, en même temps, je ne crois personnellement pas qu’Apple serait prêt du jour au lendemain à opter pour un libre-marché complet. Cependant, il est clair qu’il est vraiment frustrant pour un consommateur d’attendre deux semaines pour la mise à jour d’une application aussi prestigieuse que Facebook. Apple devra certainement apporter des rectifications à son AppStore très bientôt. Je pense entre autre à grossir l’équipe qui approuve les applications, mais aussi offrir un statut spécial tel que “Développeur de confiance” à certaines entreprises tel que Facebook. Ainsi, celles-ci pourrait passer outre le processus de validation. Ce seront des questions qu’Apple devra se poser au cours des prochaines semaines!

Écrit par Francis Bilodeau @ 9:37 am le 5 August 2009
Filed under: Médias Sociaux,Twitter,Web 2.0

twitter_logoSi vous me suivez sur Twitter, vous noterez probablement que je suis beaucoup moins actif par les temps qui cours. C’est en fait parce que j’ai une sorte de relation amour/haine envers ce réseau social qui en est encore à ces débuts. Je me questionne beaucoup à savoir si Twitter peu continuer à fonctionner dans cette même veine sans apporter des rectifications majeures sur la façon dont il fonctionne.

Plusieurs “Gourous” du marketing web ont récemment décidés de ne plus suivre (follow) sur Twitter jusqu’à 80,000 personnes. Non seulement parce qu’ils n’étaient plus capable de suivre les conversations, mais aussi à cause des nombreux spams via Messagerie Directe qu’ils recevaient constamment de la part des gens qu’ils suivaient. Bref, je ne suis pas le seul qui a des doutes sur le chemin sur lequel Twitter s’est engagé! Twitter devra trouver un moyen de cibler les gens qui vont du spam volontaire et immédiatement leur retirer accès. Un nombre limité de Message Direct pourrait être une solution envisageable.

Aussi, un autre gros problème de Twitter se trouve dans une fonctionnalité qu’ils ont récemment mis en place. Les Trends. Les Trends se trouvent à être les tendances sur lesquels les gens discutent sur Twitter. En gros, les sujets qui retiennent l’attention de la planète. Cependant, plusieurs personnes qui ont des milliers et des milliers de suiveux (followers) partent sur un power-trip et décide de partir des trends eux-mêmes en demandant à leur followers de récupérer certains termes dans leur Tweets. D’où la création du “Spammed Trend”, qui plus souvent qu’autrement se trouve à être sur des quiz stupides, autres applications ou trucs sans importance. Encore une fois, Twitter devront trouver une solution pour offrir des Trends qui sont ce qui se doivent d’être: l’information importante qui retient l’attention mondiale.

La plupart des utilisateurs ont comme philosophie: “suivez-moi, je vous suis” et Twitter est basé sur ce modèle. C’est parfait comme cela, sauf que Twitter doit sérieusement réfléchir à ce qu’ils font et contrôler les problèmes de spam, sinon ils vont commencer à perdre beaucoup d’utilisateurs et ce très rapidement. Ils commencent à perdre le respect de leurs plus fidèles utilisateurs et aussi quelques-uns des utilisateurs les plus influents.

Écrit par Francis Bilodeau @ 8:32 am le 21 May 2009
Filed under: Actualité,Cellulaire,Commerce Électronique,Entreprise,Internet,Technologie,Web 2.0

Séries d’articles très pertinent et d’actualité du Devoir que vous pouvez lire ici, ici et ici. Ces articles, qui ont été publiés cette fin de semaine traitent du retard technologique que le Canada est en train de prendre comparativement aux autres pays du monde. L’article indique qu’en cinq ans, le Canada est passé du 9e rang au 19e rang en matière développement global des technologies de l’information et des communications. Le retard est notable partout, autant dans nos infrastructures et dans nos entreprises que dans nos habitudes personnelles dont j’ai traité à maintes reprises sur ce blogue dernièrement. Maintenant, nous ne sommes plus fier de nos technologies comme autrefois, un sentiment de gêne s’installe de plus en plus. Pour citer quelques passages de l’article:

Demandez au directeur de la recherche à la Société des arts technologiques (SAT) de Montréal, René Barsalo, qui sillonne la planète pour y parler de spectacles multimédias en réseau, de télémédecine ou encore de diffusion de contenus vidéo sur un téléphone cellulaire. «Oui, ça devient gênant: désormais, quand on croise des partenaires éventuels en Europe ou en Asie, il faut leur expliquer qu’on ne pourra pas collaborer avec eux, lance-t-il. Pas qu’on ne veuille pas, mais parce qu’on n’a plus les capacités techniques au Canada pour le faire.»

Pour la productrice Josée Vallée, présidente de Cirrus communications, la firme qui a donné vie à la série Tout sur moi, la situation est plus que gênante, elle est surtout lourde de conséquences: après chaque journée de tournage, les épreuves — les rushs, quoi! — sont généralement gravées sur un DVD pour être visionnées le soir même par les producteurs. «Nous avions pensé nous équiper d’un système pour échanger ces rushs sur un réseau fermé, dit-elle, et ce, pour éviter de graver tout ça sur un DVD et épargner un envoi quand le tournage est loin de Montréal. Mais on a été obligés de reculer à cause du temps que cela aurait pris pour transférer ces données.»

Comme l’article du Devoir l’indique, nos infrastructures de réseau que ce soit Vidéotron, Bell ou Rogers frôlent non seulement l’obsolescence, mais demeure très couteuses pour le consommateur et sont souvent accompagnés de petites limites de bande passante qui limite notre développement technologique. Cette situation est notable non seulement dans nos forfaits Internet résidentiel, mais aussi dans nos forfaits de téléphone cellulaire.  L’article indique:

Résultat: alors qu’un Megabit/seconde de bande passante, soit l’unité de base de mesure de la capacité de transfert d’un réseau, coûte 0,13 $ en moyenne à un Japonais, il faut près de 4 $ à un Canadien pour obtenir la même chose.

À titre comparatif, les Français (0,33 $), les Suédois (0,35$) ou les Américains (2,83 $) doivent débourser beaucoup moins pour avoir la chance d’échanger courriels, photos ou vidéos par Internet. Un clivage palpable cette semaine d’ailleurs alors que la compagnie Numéricâble en France proposait à ses clients une connexion par fibre optique contre 34 $ par mois. Au même moment, à Montréal, Vidéotron exposait sur son site une offre de branchement deux fois moins rapide pour les téléchargements et 100 fois moins rapide pour le téléversement en échange d’une facture de… 90 $, soit trois fois plus cher.

Bref, je vous ai longuement parlé du refus des entreprises Québécoises et Canadiennes à rejoindre les rangs du Web 2.0, le Web Participatif, en plus de l’entêtement de certaines personnes à ne pas faire confiances aux réseaux sociaux tel que Facebook et Twitter ou tout simplement d’acheter en ligne. Très triste de constater que notre retard est également notable au niveau de la réseautique où les “nouvelles technologies” que nous implantons ont parfois déjà six années de retard sur certains pays. L’innovation fait de plus en plus part à l’adoption de technologies qui existent depuis des années ailleurs, alors que ces mêmes pays continuent de s’améliorer d’année en année. Dommage que nous devenons un pays du tier-monde technologique…

«On était au-dessus de la mêlée, dit M. Barsalo. Mais tout ça est fini.» «Nous sommes désormais en retard sur le reste de la planète, renchérit Patricia Tessier, vice-présidente du marketing chez Sun Media. Ce retard ne cesse même de s’accentuer parce que personne ne semble vraiment en prendre conscience.»

Écrit par Francis Bilodeau @ 4:12 pm le 20 May 2009
Filed under: Commerce Électronique,Facebook,Internet,Marketing,Médias Sociaux,Technologie,Twitter,Veille Stratégique,Web 2.0,YouTube

Voici une petite vidéo présenté par Loïc Lemeur que j’ai trouvé via Bruno CLEMENT de MediasSociaux.com.

Pour faire une courte présentation, Loïc est sans contredit l’un des experts mondiaux francophones en terme de Web 2.0. Il est le co-fondateur d’une des plus prestigieuses conférences annuelle du Web au monde, LeWeb qui a lieu à Paris à chaque année.

Il est également le fondateur de Seesmic, une entreprise permettant de faire du vidéo en ligne et de répondre en temps réel par vidéo à des interventions. Bref, il est très occupé!

Cette vidéo explique quelques trucs et astuces pour lancer son produit efficacement sans passer par des solutions marketing parfois très couteuses. Il suggère plutôt de se forger une communauté de 1000 personnes pour lancer un bouche-à-oreille qui fera le succès de notre produit. Il ajoute qu’il est important d’être prêt à être à l’écoute de cette même communauté. Il suggère d’ailleurs de mettre en place un système de Feedback comme Seesmic utilise (propulsé par UserVoice) pour recueillir les commentaires ou d’utiliser la recherche de Twitter pour faire des recherches en temps réel sur notre produit. Voici le vidéo et vous pouvez suivre Loïc sur Twitter également.

Écrit par Francis Bilodeau @ 6:04 pm le 20 February 2009
Filed under: Actualité,Blogue,Cellulaire,Facebook,Internet,Médias Sociaux,Rumeurs,Twitter,Web 2.0

J’ignore si vous êtes un fan de hockey comme moi, mais hier, nous avons eu droit à toute une expérience sur le Web sportif que nous ne sommes pas prêt de revoir de si tôt. La situation nous démontre les dangers du dérapage des médias sociaux via la propagation rapide de fausses rumeures.

L’histoire débute en soirée avec les divers médias sportifs qui annonce une “bombe” qui sortira dans les médias d’ici quelques heures. Tous les médias en parle, que ce soit Réjean Tremblay, RDS via l’anti-chambre, TQS via 110%, etc. Certains médias dont RDS y vont même d’un effet catastrophe pour l’histoire du Canadien, une honte pour l’ambassadeur du Canadien Jean Béliveau et une nouvelle qui ébranlera les fondations du temple du Canadien de Montréal. À 110%, Richard Labbé, journaliste de La Presse, annonce que l’histoire est à saveur judiciaire et sera publiée dans l’édition du journal La Presse de demain (aujourd’hui). Bref, il n’en fallait pas plus pour enflammer le Web et c’est là que nous avons été témoin du danger des médias sociaux.

J’ai suivi les événements sur Twitter, Facebook et par la bande divers forums pour une bonne partie de la soirée. Via la recherche de Twitter, on pouvait facilement retrouver toutes les informations concernant cette histoire sous le tag #habs. Bref, en suivant cette soirée, on a eu toute sorte d’informations non-véridique venant de partout du Web. Forums, blogues, Facebook, rien n’était laissé au hasard. Le problème est que, chaque information n’était pas vérifié non plus! Je peux vous dire qu’on a eu droit à toute sorte d’histoire plus bizarre les unes que les autres: viol impliquant trois ou quatre joueurs du CH, cocaïne pour certains joueurs, traffic d’armes, police qui attendait de pied ferme l’avion du CH à leur arrivée à l’aéroport,  et plusieurs autres rumeurs sur différents forums ou chacun avait la réponse magique au mystère propagé par nos bons médias québecois. Il y avait effectivement quelque chose, mais jusqu’à présent, ces histoires ce sont avérés fausses! Et c’est exactement là le danger du Web, puisque les noms qui sont sortis n’était souvent pas les bons et en plus associés à quelque chose qu’ils n’avaient pas fait, comme Carey Price ou Maxime Lapierre par exemple! Nous pouvons dire une chose, si le Canadien désire s’amuser avec des poursuites en diffamations, on peut dire qu’il s’amuserait beaucoup! Fort heureusement, autour de minuit, ont apprend que Sergei Kostitsyn serait proche d’un individu qui a été arrêté dans le projet Axe. De quoi faire taire les rumeurs farfelues sur Twitter et sur d’autres médias sociaux…

As-t’on eu des points positifs hier? Effectivement, ça n’a pas été une nuit de sommeil courte pour rien… mais pas loin! Nous savons maintenant que le Web est rapide, plus que jamais. Avec des outils comme Twitter et Facebook combiné aux cellulaires avec caméras photos, des milliers de personnes recherchent ce qui ce passe sur un sujet précis sur le Web et canalise l’information à un seul endroit. Via un lien que j’ai obtenu par Twitter, il était vraiment intéressant d’être capable de suivre en direct via le Web le vol des Canadiens de Pittsburgh vers Dorval! Mais c’est aussi possible de lire des informations qui s’avèrent être fausses, publiés par des gens souvent en manque d’attention.

Par contre, je dois dire que via Facebook, j’ai été mis au courant d’une rumeur autour de 11h00 qui c’est avéré être exacte pour les trois noms qui seraient impliqués dans l’histoire, soit les frères Kostitsyn et Roman Hamrlik. La dîte rumeur impliquait également une arrestation future pour des crimes assez grave commis par ces trois joueurs, ce qui n’est pas arrivé. Cette rumeur était-elle également fausse? Le temps nous le dira, en espérant que le Web se contrôle un peu plus lors de la prochaine “crise”!

Écrit par Francis Bilodeau @ 10:38 am le 19 February 2009
Filed under: Facebook,Internet,Je, Me, Moi,Médias Sociaux,Sites de rencontres,Web 2.0

RéseauContactPour la St-Valentin, j’avais dans l’idée de faire ce billet, malheureusement, je n’ai pas eu le temps de le terminer et je suis encore en retard! Je pense cependant que la question se pose et bien humblement, je vais tenter d’y répondre. D’entrée de jeu, je dois dire que je suis inscrit autant sur des médias sociaux tels que Facebook et Twitter, que sur un site de rencontre tel que RéseauContact. Désolé, je ne fais pas de lien direct sur ma fiche, trouvez-moi ;-)! Plusieurs pourront dire qu’avec les Facebook de ce monde, les sites de rencontres perdent leur raison d’être, mais je ne suis pas d’accord avec cette affirmation.

D’abord, les médias sociaux n’ont pas la même mission que les sites de rencontres et je pense que plusieurs tendent à le confondre. Je vois les médias sociaux comme Facebook par exemple, pour être un endroit où l’on reconnecte avec des vieux copains du secondaire, un endroit où l’on peut côtoyer d’autres personnes oevrant dans le même domaine que nous, un endroit d’auto-promotion pour soi ou son travail ou tout simplement un endroit pour être encore plus proche de ses amis actuels. Bref, même si l’on peut effectivement faire de nouvelles rencontres sur des médias sociaux, ce n’est pas leur mission principale.

Les sites de rencontres ont comme but et ça le dit, d’offrir un espace de rencontre supplémentaire avec d’autres personnes qui souhaitent également faire des nouvelles rencontres. Que l’on soit sur des médias sociaux ou sur un site de rencontre, je pense que le réseau d’amis est très efficace et est souvent la bonne manière d’être présenté à de nouvelles personnes. Le principal défaut et que ce moyen peu être rapidement épuisé, surtout lorsque l’on quitte le milieu scolaire pour se retrouver dans un travail ou la routine est dominante. Encore là, il reste les espaces de rencontres comme les bars, les terrasses, etc., mais il faut aimer y aller et être assez sociable pour savoir comment y faire de nouvelles rencontres. Des activités tel que le sport est également un bon moyen de faire des rencontres, mais si ce n’est pas fructueux, la vie sociale devient vite condamnée à un vase clos.

Bref, c’est souvent ici que les sites de rencontres entre en jeu. Leur mission est d’offrir un bon moyen de rencontrer des milliers de célibataires de notre génération dans une région proche de la nôtre, qui en plus sont disponibles pour une relation. Comme je l’indique dans ma fiche, c’est une chance unique de rencontrer des gens que l’on rencontrait pas autrement dans la vie de tous les jours!

Autant il faut savoir se servir efficacement des médias sociaux, autant il est important de bien comprendre les sites de rencontres. Par exemple, sur Facebook, il serait assez stupide de mettre son téléphone mobile, adresse complète et photo de famille avec un profil non protégé accessible à tous. Les sites de rencontres ont également leur lot de faiblesses. Il est certain qu’il y a encore plusieurs tabous sur les sites de rencontres et plusieurs espoirs fondés qu’il faut vite éliminer. Par exemple, vous pouvez vite envoyer promener vos amis qui vous disent « Les sites de rencontres, c’est fait pour les désespérés » et « J’ai pas besoin de ça. ». Un peu comme nos vieux dirigeants qui refusent de voir le Web 2.0, ces gens refusent de croire que les sites de rencontres fonctionnent et remplissent leur mission. Sachez que présentement, aux États-Unis, un couple mariés sur huit se sont rencontrés en ligne, et ce nombre ira en grandissant. De plus, si on ne fait pas de nouvelles rencontres et qu’on ne prend pas en main sa vie affective, on a toutes les chances de finir sa vie tout seul.

Par contre, il faut aussi voir l’autre côté de la médaille, ceux qui vous promettent de rencontrer l’âme soeur en quelques clics prêt ont tort. C’est de la vente, comme toute chose et il ne faut pas se fier à ses faux espoirs parce que l’on sera vite déçu. Le juste milieu est ceci: les sites de rencontres vous permettent d’être mis en relation avec des célibataires, de débuter un dialogue plus ou moins constructifs via e-mail ou par clavardage et peut-être de faire des rencontres de qualité (ou non) qui peuvent se fonder par une histoire d’amour par la suite. Cependant, tout le monde le sait que rencontrer la personne idéale est souvent difficile, or il est important de prendre en considération que l’on sera certainement déçu par ce médium plus d’une fois. Il faut éviter l’erreur de fonder ses espoirs de rencontrer l’âme sœur immédiatement. Il faut aussi également se rendre à l’évidence qu’un site de rencontre est le reflet de la société. Vous y retrouverez des gens honnêtes sûr, mais également des gars qui cherche que du sexe (mais ne l’avoue pas), des menteurs, des gars pathétiques, des filles moches, de faux profils, etc. La liste est longue, mais comme je l’indique, c’est le reflet de la société! Il est également important de souligner que le fait que l’on soit devant un écran d’ordinateur facilite les choses lorsque vient le temps d’être impoli, de manquer de respect, d’être égoïste, de mentir sur soi et sur son apparence ou tout simplement de mal communiquer. Cependant, c’est un contexte lié au Web en GÉNÉRAL et l’on retrouve ce phénomène sur les blogues, forums et autre. Malheureusement, ces facteurs ternissent le médium, écoeure les filles et les gars qui y sont inscrits et donne une mauvaise perception des sites de rencontres.

Si vous êtes sur un site de rencontre ou comptez vous y inscrire prochainement, il est très important de ne pas fonder d’espoirs démesurés, ce n’est qu’un espace de rencontres supplémentaire, parmi tant d’autres possible. Tout comme vous pouvez repartir seul lorsque vous allez dans un bar, tout comme vous pouvez rester seul sur un site de rencontre. Chaque moyen de faire des rencontres à ses forces et faiblesses et il n’y a pas de solution miracles! Comme dans tout, il est important d’être patient et ouvert, vous avez tout à y gagner!

Écrit par Francis Bilodeau @ 11:32 am le 5 February 2009
Filed under: Entreprise,Google,Web 2.0

Vous avez peut-être pris connaissance du bogue que Google a éprouvé Samedi dernier entre 9h30 et 10h25. Tous les sites Web affichés dans les résultats de recherche, incluant celui de Google, étaient considérés comme malveillants par le moteur de recherche en affichant le message “ce site pourrait endommager votre ordinateur”.

C’est malheureusement dans ce genre de situation que l’on se questionne et justement la première question qui me vient en tête est: sommes-nous trop dépendant de Google?

Si Google devenait inutilisable pour une période de 72 heures ou plus, jusqu’à quel point ce serait perturbateur pour l’économie? Combien de détaillants en ligne aurait un ralentissement dans leurs affaires? Est-ce que les chercheurs d’emplois serait sur le chômage plus longtemps? Jusqu’à quel point les travailleurs de l’information (qui recherche certainement en ligne quelques heures par jour) seront touchés?

Quelques fois, même l’entreprise avec les infrastructures les plus solides et les plus fiables n’est pas à l’abri de son maillon le plus faible. Et souvent, le maillon le plus faible est humain et cela ne changera pas.

Dans le cas de l’erreur de Google, qui a été causé par une simple erreur humaine, le monde l’a perçu de manière correcte, sans de graves perturbations. Mais la question de dépendance se pose, la même qui a été posé lorsque que Microsoft a été dans une position de domination totale. J’en ai discuté avec un ami en début de semaine et son point était d’apporter une réglementation, lorsqu’une entreprise offre un service essentiel, pour veiller à ce que ce ne soit jamais un goulot d’étranglement pour l’économie. Après tout, bien qu’il y ait d’autres moteurs de recherche qui sont à portée de clics, Google est beaucoup plus qu’un simple moteur de recherche maintenant. Il contient de plus en plus de services essentiels et la vie des gens est de plus en plus en ligne avec les produits Google (Gmail, News, Finance, Reader, etc), une erreur dans l’un des aspects de la suite de produits de Google pourrait avoir un effet domino sur l’ensemble d’entre eux, et entraver de manière significative la productivité jusqu’à ce que Google détermine la source de l’erreur.

Ceux qui me connaissent savent que j’ai tendance à éviter la réglementation gouvernementale dans la mesure du possible et dans ce cas, la réponse à la position dominante de Microsoft n’est pas la réglementation: c’est la concurrence. Google, aussi gros puisse-t’il être, devra faire face à une concurrence accrue sur le Web. Au fil du temps, l’open source et d’autres tendances seront sans aucun doute là pour diminuer la pertinence de Google dans le quotidien des gens et diminuera notre dépendance face à leur services. Un peu comme notre argent, c’est toujours mieux d’avoir plusieurs solutions de placement qu’une seule…

Mais pour l’instant, je ne peux m’empêcher de sentir un peu vulnérable!

Écrit par Francis Bilodeau @ 8:43 am le 15 January 2009
Filed under: Vidéo,Web 2.0,YouTube

YouTube mutes

Serait-ce la signature de l’arrêt de mort de YouTube? Peut-être que c’est effectif depuis un moment déjà, mais hier un de mes copains me signalait que YouTube “coupait le son” vidéos utilisant le matériel non-autorisé de musique.  Vous pouvez d’ailleurs voir un exemple ici.

La note que YouTube fourni à ses utilisateurs se lit ainsi: Avertissement: Cette vidéo comporte une piste audio dont les détenteurs des droits d’auteur interdisent la reproduction. Le son a été désactivé.

Si YouTube commence à être sérieux à ce sujet, vous pouvez vous attendre à voir un important pourcentage de l’ensemble des vidéos YouTube en sourdine. Les conséquences sont un peu différentes que lorsque YouTube supprimait des vidéos utilisant droits d’auteur de contenu professionnel, comme un vidéo musical. On parle ici de dizaines de milliers de fans qui font des vidéos par eux-mêmes utilisant une trame sonore sous droit d’auteurs, des “remixes musicaux” et autres qui seront à peu prêt détruit. Il y a fort à parier que les utlisateurs seront peu enclin à ce changement…

Écrit par Francis Bilodeau @ 10:10 am le 6 January 2009
Filed under: Achats,Commerce Électronique,Entreprise,Web 2.0

C’est via le blogue d’e-marketer que nous apprenons que 40% des dollars dépensés sur Internet au Canada vont en dehors du pays. Vous avez certainement remarqué une chose dernièrement si vous achetez sur Internet: plusieurs compagnies américaines se sont ouvert un site web Canadien (.ca). Newegg.ca est un bon exemple (Newegg.com étant l’un des sites majeurs de ventes de pièces informatique aux États-Unis). Amazon.ca en est un autre qui offre depuis peu de l’électronique à vendre sur son site. Overstock.com a aussi également annoncé qu’il ouvrirait un site pour la devise Canadienne sous peu. La liste est de plus en plus longue!

Les États-Unis, pour pallier à leur crise financière décident donc de traverser la frontière et de s’ouvrir des sites web Canadiens, hébergé par un .ca (Canada) afin de vendre aux Canadiens et de récolter. Comme je l’ai mentionné en Octobre avec Steve the Geek, c’est scandaleux de voir que nos entreprises continuent en grande majorité à faire l’autruche et qu’aucune aide gouvernementale n’est donnée pour stimuler le positionnement et la vente sur le Web alors que nos entreprises se font maintenant compétionner sur leur propre territoire et que des centaines de millions de dollars y sont perdus.

Statistics Canada data revealed the extent of cross-border spending. In 2007, 44% of B2C e-commerce spending in Canada went to foreign retail Websites, up from 37% in 2005. A weakening US dollar caused a surge in Canadian spending on US Websites during 2007’s holiday season.

100116

Cette stratégie pourrait également montrer l’avant-gardisme des entreprises américaines. Étant donnée la chute de la devise Canadienne au cours des derniers mois, il est moins tentant pour un Canadien d’acheter directement aux États-Unis. Le prix à l’achat augmenterait considérablement lors du changement de devise! Cependant, en ayant ce même site en devise Canadienne et en réduisant (ou même en offrant gratuitement) les coûts de transports, cela s’avère une stratégie efficace pour garder le même volume de vente au Canada et même augmenter ses revenus puisque le positionnement efficace avec un site web Canadien augmentera le volume de visiteurs.

Bref, souhaitons que 2009 soit l’année du réveil du commerce électronique au Québec et au Canada!

Écrit par Francis Bilodeau @ 10:38 am le 5 January 2009
Filed under: Blogue,Facebook,Médias Sociaux,Web 2.0

C’est via le blogue technologique Techcrunch que j’apprend que Comscore a publié les statistiques de trafic des médias sociaux pour le mois de Novembre (Décembre étant exclu). Comme vous le verrez dans le graphique ci-bas, c’est une combinaison de tous les médias sociaux incluant Blogger (blogue) ainsi que Facebook (réseau social) qui y sont comptabilisés. Ces résultats nous prouvent que le mouvement Facebook ne s’essouffle pas, au contraire. Avec près de 200 millions de visiteurs unique par mois et une croissance de 116% par rapport à l’année dernière, Facebook se classe dans la catégorie du média sociaux qui a obtenu la plus forte croissance en 2008.

Malgré tout, les questions circulent toujours au Québec pour savoir si Facebook est sécuritaire, si l’on doit accepter n’importe qui dans sa liste d’ami ou qu’est-ce que l’on doit mettre comme information. À cet égard, ma réponse demeure toujours la même: Est-ce que ça vous dérangerais de savoir qu’un million de personnes soient au courant que vous regardez Heroes ou 24? La réponse est probablement non! Aussi banal que cet intérêt puisse paraître pour vous, lorsque vous rencontrez vos amis Facebook en vrai, que ce soit en affaire ou par amitié, c’est un autre sujet de discussion intéressant qui peut-être apporté plutôt que de parler d’argent ou de travail. Donc, si l’information diffusée sur vous est limité, où est le problème d’accepter n’importe qui? C’est un bon moyen de se bâtir de nouvelles amitié ou de nouveau contacts d’affaire. La preuve est que j’ai rencontrer plusieurs blogeurs intéressant par ce médium.

Fin de la parenthèse! Voici donc les résultats Comscore:

Top des médias sociaux (classés par ordre de visiteurs uniques au monde Novembre, 2008; comScore)

1. Blogger (222 millions)
2. Facebook (200 millions)
3. MySpace (126 millions)
4. WordPress (114 millions)
5. Windows Live Spaces (87 millions)
6. Yahoo Geocities (69 millions)
7. Flickr (64 millions)
8. Hi5 (58 millions)
9. Orkut (46 millions)
10. Six Apart (46 millions)
11. Baidu Space (40 millions)
12. Friendster (31 millions)
13. 56.com (29 millions)
14. Webs.com (24 millions)
15. Bebo (24 millions)
16. Scribd (23 millions)
17. Lycos Tripod (23 millions)
18. Tagged (22 millions)
19. imeem (22 millions)
20. Netlog (21 millions)

Graphique 01

Graphique 01

Recevez les billets par courriel!


Add to Netvibes
Add to Google
Subscribe with Bloglines

 TwitterCounter for @fbilodeau


Mon Twitter

Calendrier

December 2017
M T W T F S S
« Sep    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031